Nos Missions

Conseils aux collectivités, aux particuliers, aux entreprises, artisans et associations

Dans le souci d’assurer la qualité architecturale et paysagère du département, le CAUE vous accompagne et vous guide quelque soit l’étape de votre projet, en sensibilisant aux bonnes méthodes de construction et de rénovation, en promouvant les filières courtes et l’utilisation de matériaux sains, la mise en place de pratiques respectueuses de l’environnement sur l’espace public et au jardin, la bonne gestion des sols en matière d’habitat et de déplacements.

Le CAUE peut :

– vous conseiller sur le choix d’un terrain, l’implantation d’une construction ou extension d’un local professionnel, la réhabilitation de bâtiments anciens, l’emploi de matériaux, le choix d’un coloris, l’aménagement de tout espace extérieur ;

– vous aider à comprendre les règles d’urbanisme (POS, PLU, SCOT, etc.), les imprimés déclaratifs (formulaire de Permis de  Construire ou de déclaration préalable de travaux, surface plancher, etc.) ;

– expliquer le travail de différents professionnels de la construction ;

– accompagner les communes dans la réalisation d’équipements, d’aménagements et de mise en valeur d’espaces publics (centres-bourgs, petit patrimoine, espaces plantés, etc.). Le CAUE aide à la définition des besoins, la rédaction d’un Cahier des Charges, dans le choix d’une maîtrise d’œuvre.

Constitution administrative de la demande de conseil

La demande de conseil doit être écrite. Elle présente de manière succincte la demande, qu’elle soit architecturale ou paysagère, de manière qualitative et quantitative. Elle peut être transmise par courrier postal ou par mail. Elle mentionne votre nom, adresse postale, adresse du terrain si différente de votre domicile (résidence secondaire…), vos disponibilités (si vous ne résidez pas sur place) et la manière de vous joindre (adresse mail, numéro de téléphone…).

De plus pour une meilleure analyse, nous vous remercions de joindre, dans la mesure du possible, les pièces suivantes en votre possession ou à constituer :

– le programme architectural et/ou paysager : c’est le fondement de votre demande. Il peut s’agir d’une construction, d’une extension, d’un réaménagement, d’un changement de destination (nature des travaux, étendue de l’aménagement…). Le programme architectural et/ou paysager indique l’étendue qualitative de votre demande (affectation des surfaces, nombre de surfaces, relations des surfaces entre elles avec une hiérarchisation…), et l’étendue quantitative de votre demande (nombre de mètres carré pour telle affectation…). Ceci peut être également discuté sur place.

– les photographies des bâtiments, de l’environnement ou du terrain nu (pour une construction neuve), ou des intérieurs (en fonction de la demande…)

– l’extrait cadastral (qui mentionne les orientations solaires et donne une première indication des surfaces) de l’ensemble des parcelles jointives (si votre propriété regroupe plus d’une parcelle) avec son échelle (1/500ème, 1/1000ème…). Ce document est primordial pour le conseil car nous orientons la qualité architecturale en fonction du concept bioclimatique qui prévoit les pièces de vie au Sud (à définir ensemble) et souvent un espace-tampon au Nord. A défaut ou en cas de construction neuve, vous pouvez nous transmettre le plan-masse.

– lextrait de votre titre de propriété au paragraphe « dénomination » ou « désignation« , si nous nous trouvons face à des surfaces qui ne relèvent pas de l’habitation comme des surfaces agricoles (grange, poulailler, écurie, four à pain…). C’est la dénomination du notaire dans votre acte de propriété qui détermine la base administrative de vos surfaces.

– à partir des références cadastrales (numéros des parcelles en chiffre et section en lettre), il est de votre devoir de constructeur/aménageur de prendre connaissance du ou des règlements  d’urbanisme (POS, PLU…) du ou des risques naturels (PPRI…) qui s’appliquent à vos parcelles. Pour cela, dans un premier temps, il suffit de téléphoner à la mairie du lieu où se trouvent les parcelles concernées et de demander les règlements en vigueur qui s’appliquent à vos parcelles (en précisant les références cadastrales : section et numéros des parcelles).

« Nul n’est censé ignorer la loi ». Dans ce cadre, et en tant que constructeur/aménageur, vous ne pouvez déroger à ces obligations légales et il vous faut donc nous les transmettre, afin que le conseil apporté entre dans le cadre du/des règlements en vigueur à la date de votre demande (un POS peut devenir PLU, un PLU peut être en cours de modifications…). Les documents d’urbanisme ne sont pas immuables, c’est à la date des travaux que vous devez en prendre connaissance.

– les règlements spécifiques (gîte, hôtel…) en fonction de la nature de la demande.

– les plans en votre possession à l’échelle (pas de fax) en pièce jointe ou en photocopie à 100% indiquez l’échelle 1/100ème,  1/50ème …

– si vous la connaissez merci d’indiquer la date de la construction.

Informer, sensibiliser, former

Le CAUE informe et sensibilise tout particulier, toute collectivité et toute entreprise à la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et des paysages creusois, mais aussi à la richesse et au respect du patrimoine. Il organise des visites, des expositions, des publications, etc. Il a également pour but de développer l’esprit de participation de ces interlocuteurs lors de débats,  ou de tables-rondes. Le CAUE participe également à des actions pédagogiques auprès des scolaires, sous forme d’ateliers, permettant une assistance active auprès des enseignants afin qu’ils intègrent une connaissance de l’espace bâti et naturel dans leur programme et afin d’ouvrir l’esprit de leurs élèves sur divers thèmes tels que l’architecture imaginaire, la typomorphologie du bâti creusois…

Début 2012, le CAUE a édité un premier dépliant thématique intitulé “Que planter dans la Creuse ?”. Un second, intitulé “Raconter un village creusois” est paru à l’automne 2012. Depuis, de nombreux thèmes ont été abordés. Retrouver toutes nos publications ici

Le CAUE  participe à la formation des élus pour une meilleure connaissance des territoires et de leur mutation.
Il peut également être partenaire d’organismes de formation dans le cadre d’un projet pédagogique en relation avec ses domaines d’actions.