Semer des graines pour un territoire positif

Publié le 10 février 2016

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Nous avons produit beaucoup de science-fiction. Aujourd’hui nous devrions écrire de la social-fiction, l’imaginer et la mettre en œuvre. » C’est par ces mots de l’économiste bangladais, Prix Nobel de la Paix en 2006, Muhammad Yunus, qu’a débuté, du 1er au 06 Février dernier, un workshop à Chambon-sur-Voueize, réunissant des étudiants du Pôle Supérieur du Design du Limousin, de La Souterraine, et de l’École Nationale Supérieure d’Architecture et du Paysage de Bordeaux.

« WORKSHOP », un mot sans doute un peu barbare pour désigner un atelier, un temps de travail souvent court, où des professionnels aux compétences variées et complémentaires se retrouvent pour construire ensemble un projet et envisager sa réalisation. C’est souvent également un temps pour balayer le champ des possibles et envisager différemment le devenir d’un espace ou d’une pratique.

C’est un peu tout cela qu’étaient venus chercher ces trente étudiants et leurs professeurs, soutenus en ce sens par le Pays Combraille en Marche et la Municipalité de Chambon-sur-Voueize. Ce travail d’étude a porté sur une parcelle d’anciens jardins en terrasses, acquise par la Municipalité.

Depuis 2012, le Pays Combraille en Marche, avec les quatre-vingt-dix-sept communes et les cinq Communautés de Communes qui le composent, « met à l’épreuve sa capacité à se prendre en main pour définir un cap commun, s’organiser et trouver les moyens pour l’atteindre » grâce à la Fabrique des Futurs. Cette démarche a été initiée et expérimentée grandeur nature afin de préparer son nouveau projet de territoire pour la période 2014/2020.

Fin 2015, la Municipalité de Chambon-sur-Voueize s’est déclarée intéressée par la proposition du Pays de réfléchir à l’aménagement d’un espace public planté, défini par un travail collectif et participatif. Il a alors été souligné tout l’intérêt de travailler avec des étudiants et les pôles universitaires de la région. Est ainsi né ce workshop, s’inscrivant dans trois des huit défis que s’est lancé le Pays Combraille en Marche, à savoir l’ENFANCE (semer des graines pour un territoire positif), l’ALIMENTATION (bien manger localement) et l’AMENAGEMENT et les CENTRES-BOURGS (repenser les usages et les fonctions) et dans une fiche projet du contrat de cohésion territoriale 2015-2017 intitulée : ENF – 4 Créer des jardins pédagogiques partagés dans les écoles.

Durant toute cette semaine, les étudiants ont ainsi pu appréhender, questionner et s’essayer à l’expérimentation des grands principes méthodologiques développés par la discipline du design des politiques publiques, de services et de développement local. Des méthodes d’observation et de créativité participantes ont été imaginées et mobilisées, auprès des élus, des habitants, des résidents de l’EHPAD, des collégiens et des écoliers, afin d’inventorier les ressources matérielles, immatérielles et humaines du territoire et de les mettre en mouvement autour d’un projet.

Tout ce travail a permis de  questionner le rôle du concepteur (architecte, paysagiste, designer) que ce type de démarches fait émerger : organisateur, conseiller, médiateur, dessinateur, constructeur… Il a également mis en lumière les processus de construction des marchés publics. Des exemples d’outils ont pu être expérimentés, comme le prototypage rapide, emprunté au vocabulaire du design industriel, et qui consiste en la mise en pratique instantanée d’un système dont on fait l’hypothèse durant la recherche du projet.

Dans le cadre d’un cursus d’apprentissage, ces expériences, en contexte réel, sont fondamentales dans la démarche de l’innovation sociale, permettant de tester, en direct, la validité d’un système avant de proposer un projet.

Le CAUE a accompagné toute la semaine les étudiants dans leur démarche, apportant son expertise, son point de vue et sa connaissance du territoire et des acteurs locaux. Les enseignants, Stéphane Duprat (ENSAP Bordeaux), Ann Pham Ngoc Cuong, Julien Borie, Elisabeth Charvet (DSAA La Souterraine) ont également fait appel, durant ces six jours, à un ensemble d’intervenants reconnus pour leurs compétences professionnelles et leurs connaissances de la Creuse, comme Adrien Demay, designer de services (DTA), Nathalie Batisse, jardinière et ethno-botaniste (le jardin de mémoire), Charline Maignan, paysagiste-concepteur (Chemin2traverse) et le CPIE des pays creusois. Le collectif bordelais Il y a quelqu’un parmi nous, réunissant des étudiants architectes et paysagistes, était également présent afin d’accompagner et nourrir la démarche de leurs expériences et de leur esprit de synthèse.

L’ensemble de ce travail collaboratif a permis de présenter aux élus et aux habitants de Chambon-sur-Voueize six projets ayant la particularité d’être complémentaires, apportant chacun une richesse particulière au site.

Désormais, la Municipalité, avec le Pays Combraille en Marche et l’ensemble des acteurs du territoire, va poursuivre la réflexion pour réaliser ces aménagements.

Un reportage, réalisé par Nicolas Chigot, José Sousa et Mary Bernhard pour France 3 Limousin, a été diffusé le Jeudi 04 Février 2016 et présente l’ensemble de la démarche.

Diaporama 20160201 001Diaporama 20160201 002Diaporama 20160201 003